News Billard Français

 

Billard Français - 3 Bandes - Colonnes de Bert (NED)

La longue route entre 0.600 et 1.600

Publié par le 20 octobre 2015

La longue route entre 0.600 et 1.600

© Kozoom

"Si vous ou moi accordions suffisamment de temps à cela, nous parviendrions à une liste de choses qua les ténors du 3 Bandes savent mieux faire que le commun des mortels. Mais quel est le plus important ? Quelle est la différence entre 0.600 et 1.600 ? Est-ce essentiel de glaner 0.01 de moyenne par ci par là sur des petits détails ? Ou existe-t-il des choses essentielles qui pourraient nous faire gagner des dixièmes facilement ? Je vais tenter de vous divulguer 4 domaines que les joueurs à 1.600 maîtrisent bien mieux que nous. Ceci se résume en 4 lettres F.A.C.T (version anglaise) ou C.A.C.T (en français).

Concentration :

Cela contient plusieurs choses. Ce n’est pas seulement faire abstraction de la salle, de la serveuse ou de l’enfant avec son paquet de chips, de l’adversaire bougeant sur sa chaise ou faisant du bruit à peaufiner son procédé. La concentration se focalise sur le point dans son intégralité, pas sur une seule partie de ce point. Si vous abordez le coup en vous disant "je dois toucher fin… vraiment fin", vous avez déjà perdu votre concentration. Il y a des chances que vous négligiez un contre, que le parcours soit trop long ou que vous fauchiez. La concentration ne s’apparente pas toujours à s’attacher à un détail particulier, c’est aussi avoir une vue d’ensemble du point.

La concentration c’est aussi la façon de jouer sur cette table au rendement singulier avec des caractéristiques que vous adorez ou que vous détestez mais vous devez faire avec. La bonne concentration vous autorise à accepter la table et non la combattre ou ne pas être d’accord avec elle. Nous savons tous cela mais nous avons besoin qu’on nous le rappelle de temps en temps : on peut maudire cette table jusqu’à la fin des temps, ce n’est pas elle qui s’adaptera à vous mais bien le contraire.

Attitude :

Ce jeu qui est le nôtre procure parfois une joie infinie et tout le monde a la bonne attitude quand tout va bien. Passer d’un point nature à un autre avec trois billes dans le milieu de billard ou une troisième bille au coin grosse comme une pastèque. Qui n’aime pas ça ? Mais ça ne dure jamais assez longtemps malheureusement. L’attitude traite aussi des billes collées à la bande, des contres inévitables, coups bien joués mais manqués d’un cheveu et de la défense adverse. Elle concerne aussi la réussite de l’adversaire et vos choix défensifs qui laissent néanmoins une ouverture pour votre adversaire.

La vie est injuste, parfois vous êtes le malchanceux et parfois cela s’inverse. La manière dont vous l’appréhendez joue sur vos chances de devenir un bon joueur de 3 Bandes. Avec une attitude de vainqueur, vous êtes présent à chaque instant. Vous n’essayez pas de modifier le cours des choses puisque vous n’en avez pas le pouvoir. Vous ne ressassez pas ce point facile que vous avez manqué quelques minutes plus tôt. Vous ne négligez pas votre défense sous prétexte que vous menez largement la partie. Vous jouez les points les uns après les autres et accordez la même attention aux coups faciles qu'aux coups difficiles : ils doivent requérir la même attention, la même implication de notre part.

Choix (du coup) :

Il se base autant sur le caractère que sur le talent. Oui, notre cerveau naturellement doué fait le bon choix en général assez rapidement. Mais les chevaux de trait (la plupart d’entre nous) peuvent rattraper les chevaux de course en s’aidant des leçons, de l’étude avec des essais, des erreurs et de l’entêtement. La connaissance est disponible pour tous ceux qui ont la soif d’apprendre. Beaucoup de joueurs ont atteint leur plafond très tôt et d’autres ténors du 3 Bandes ont eu besoin de deux décennies pour parvenir à un jeu équilibré et complet.

Choisir le bon coup est une condition sine qua non. Vous ne pouvez pas faire sans. Si vous avez la mise au point parfaite et une technique sans faille, vous cumulerez toujours les reprises à vide si vous ne faites pas le bon choix. Alors, renseignez-vous, dans une salle de billard, sur Kozoom ou sur YouTube. Et voici une astuce : quand la position est délicate, expérimentez-la ! Essayez une solution à 4% sans cesse ne vous mènera nulle part.

Le choix du coup est directement lié à la position à jouer et il est prépondérant pour espérer progresser. Les moyennes faramineuses actuelles ne proviennent pas des solutions sur les points difficiles mais de la façon d’éviter à les jouer.

Technique :

Vous êtes-vous déjà regardé jouer ? Dans un miroir ou mieux encore en vidéo ? Si, comme moi, vous n’êtes pas Jae Ho Cho, Murat Naci Coklu ou Pedro Piedrabuena, cela devrait vous surprendre. On ne se tient pas tranquille, on bouge, on a des saccades, on se balance, on a plus d’éléments mobiles qu’une Rolex plus particulièrement lors des situations de match sous haute tension. La plupart d’entre nous dénient la chose mais croyez-moi, le bleu n’est pas responsable de notre fausse queue. Regardez tous les joueurs du Top 20, vous verrez qu’ils ne bougent pas et qu’ils envoient droit. Certains sont plus disciplinés, certains ont plus d’élégance mais tous savent qu’une queue va en avant et en arrière. Jamais de haut en bas, jamais d’un côté ou de l’autre. Ignorez ces lois et vous limiterez votre potentiel, c’est aussi simple que ça.

Ensuite, il y a la qualité du coup de queue qui est directement liée à ce que reçoit la bille numéro 1. Envoyez-vous juste votre bille rouler et rebondir sur les bandes ou l’envoyez-vous avec tous les ordres de marche que vous avez souhaitez lui transmettre ? Regardez Merckx, Don Koong Kang ou Sanchez. Leur bille a l’effet désiré même quand ils donnent de la force. S’ils font ça, cette bille se rappellera toujours les instructions données sur la 5ème ou 6ème bande.

                                   

La technique pourrait bien être l’héritage principal de la légende vivante qu’est Raymond Ceulemans. En terme de résolution de problèmes et de positions de jeu, il a été dépassé. Mais il a prouvé pendant 40 ans que le tir droit comme un laser en laissant votre main sur la table tout en ayant une posture fixe paye. Et vous savez quoi ? Il le fait toujours.

F.A.C.T. C’est là que vous trouverez le point de moyenne, celui entre 0.600 et 1.600. Comment parvenir à 2.000 me demanderez-vous ? Pour cela, il faut être un sacré génie alors mieux vaut vous bouger les fesses…"

 

Traduction de la version en langue anglaise de Bert van Manen

Retour à la liste de news

Mes commentaires

tipunch69
tipunch69
au travail.............
c'est pas faux..................

Message 1/8 - Publié à 20 octobre 2015 13:49

CUADRADO JR
CUADRADO JR
BRAVO
MAGNIFIQUE ARTICLE,MERCI

Message 2/8 - Publié à 20 octobre 2015 16:32

captainswing
captainswing
bravo..
Merci ,Jérémie pour cet article passionnant ;

Message 3/8 - Publié à 20 octobre 2015 18:31

Jeremie
Jeremie
Bert van Manen
Ces colonnes de Bert van Manen, joueur néerlandais et récent membre de l'équipe Kozoom, seront publiées assez régulièrement. J'essaierai, dans la mesure du possible, de traduire les quelques 150 colonnes déjà parues, à mes moments perdus car je trouve son approche du jeu intéressante.

Message 4/8 - Publié à 20 octobre 2015 19:26

Patrick
Patrick
Très intéressant
En effet, je trouve cet article et l'approche développée très intéressante.
Merci Jérémie

Message 5/8 - Publié à 20 octobre 2015 21:48

Méphisto fait l”S”
Méphisto fait l”S”
Y a pu ka !!!
Merci Jérémie de nous offrir les conseils de ce monsieur qui, visiblement, connait bien son sujet...
Il n'y plus qu'à s'en inspirer et bosser, bosser...

Amitiés à tous.
Nicolas.

Message 6/8 - Publié à 21 octobre 2015 07:24

yan83
yan83
Rappel de marche à suivre !
Je lirai la suite avec plaisir ,merci pour la traduction.
Yanick Chanoina

Message 7/8 - Publié à 21 octobre 2015 08:05

Déhème
Déhème
Et le don?
Au départ il y a surtout le don, on est doué ou on ne l'est pas... Puis il y a la passion : un joueur aussi doué qu'il soit, s'il s'emmerde il ira voir ailleurs... Il y a enfin le travail : comme le disait Brassens "... Sans technique, un don n'est rien qu'une sale manie..."

Pour reprendre le titre de l'article, la route est longue pour certains mais rapide pour les gens doués et bosseurs... citons Daniel Sanchez (le plus jeune Champion du monde de l'histoire du 3B), Kim Haeng-Jik, Filippos Kasidokostas etc..

Et puis il y a la vie... Le billard ne nourrissant pas son homme, nous connaissons tous des joueurs doués ayant abandonné parce qu'ils fallait qu'ils bouffent et fassent bouffer leur famille...

Un joueur doué qui ne bosse pas ne dépassera les 1.000, un joueur non-doué qui bosse ne dépassera pas non plus les 1.000

Un joueur non-doué et non-bosseur, il lui reste le plaisir immense de pratiquer ce jeu qui nous passionne :-)

Message 8/8 - Publié à 21 octobre 2015 09:20

Publiez un nouveau commentaire

Identifiez-vous ou inscrivez vous pour laisser un message

Forgot your password?

Vous n'avez pas encore de compte ?

Inscrivez-vous maintenant gratuitement pour publier un commentaire, ajouter votre photo, participer aux forums et recevoir notre newsletter.

Obtenez votre Pass Premium pour un accès total aux rubriques Live, vidéos et technique.

Rejoindre Kozoom