News Billard Français

 

Billard Français - Générale - Interview Kozoom

Entretien avec Ersan Ercan

Publié par le 5 juillet 2020

Entretien avec Ersan Ercan

© Archive Ersan Ercan

Nous avons rendu visite au président de la fédération turque de billard, Mr Ersan Ercan, dans son bureau et nous nous sommes entretenus avec lui pour les fans de Kozoom. 

 

Il a répondu sincèrement à toutes nos questions concernant les prochaines élections, le calendrier des tournois pour le reste de l'année, les projets futurs et son expérience pendant ses six années de présidence. 

 

Kozoom/Emel Çoklu : Tout d'abord, qui est Ersan Ercan ? Nous vous connaissons tous mais pour ceux dont ce n’est pas le cas, pouvez-vous nous parler un peu de vous ? Votre profession, votre famille, votre entreprise de cosmétiques que vous dirigez avec succès. Pouvez-vous nous expliquer brièvement ?

 

Ersan Ercan : Je suis né à Sinop/Ayancık en 1972. J'ai fait mes études secondaires au lycée à Bursa. J'ai obtenu une licence à l'école de pharmacie de l'université Hacettepe. Ensuite, j'ai obtenu une licence en administration publique à l'université d’Anadolu. Depuis 1995, je travaille en qualité de pharmacien depuis 25 ans. Au cours des 14 dernières années, j'ai géré ma société, nommée ERC Cosmetics, qui opère dans le secteur de la beauté et des cosmétiques. Je suis actuellement le président de la Fédération turque de billard. Je suis marié et j'ai une fille.

 

 

Kozoom/ EÇ : Commençons par la question sanitaire actuelle. Comme vous le savez, les tournois ont été longtemps retardés à cause du virus. Le calendrier de notre fédération turque de billard est-il déterminé ? Est-ce que tout est clair pour l'instant ? 

 

Ersan Ercan : Comme c'est le cas pour le reste du monde, les salles de billard en Turquie ont été fermées en mars à cause du Covid-19, et tous les championnats ont été reportés. Si les salles de billard ont été rouvertes le 1er juin, nous savons par expérience que la propagation du virus n'a pas ralenti. Pour cette raison, il est presque impossible de donner une date précise pour la reprise des compétitions nationales.

 

Cela dit, si le danger diminue vers la fin de l'été et que nous pouvons préparer notre avenir, nous prévoyons la programmation des tournois de championnats provinciaux en septembre. Nous prévoyons également de réduire le nombre de compétitions pour la Coupe de Turquie à 3 événements et le Championnat de Turquie à 2 afin de les terminer entre octobre et décembre.

 

Nous prévoyons de terminer l'année en organisant un autre tournoi de billard par poules.

 

 

Kozoom/EÇ : Qu'est-ce qui va changer et quelles innovations y aura-t-il dans le billard turc avec cette nouvelle période qui se profile ?

 

Ersan Ercan : Presque tout. Tout d'abord, les questions de "tournoi de complexe hôtelier contre tournoi de salle de sport" feront partie de l'histoire. Presque chaque mois de l'année, des championnats dans toutes les catégories Hommes-Femmes-Jeune-Vétéran au 3 Bandes, Pool, et Artistique seront organisés ici au sein de ce complexe sportif. Il se situe à 3 minutes de tous les hôtels de 2 à 5 étoiles. En outre, nous y accueillerons tous les championnats internationaux. 

 

Nous entrerons en 2021 avec un tout nouveau système de championnats. Nous y travaillons avec notre conseil d'administration et notre conseil technique. Nous le finaliserons et l'annoncerons avant la nouvelle année. Un environnement complètement différent dans lequel nos athlètes pourront pleinement ressentir l’esprit sportif en compétition, renforcé par un confort de haute qualité lors des tournois et par le tout nouveau système de dotation, nous attend.

 

 

Kozoom/EÇ : Pouvez-vous nous parler de votre projet concernant les écoles affiliées au ministère de l'éducation nationale ?

 

Ersan Ercan : Comme vous le savez, nous nous sommes lancés dans le sport scolaire il y a 3 ans. C'était une réalisation très importante pour nous. Maintenant, nous voulons aller encore plus loin. Dans toutes les écoles affiliées au ministère de l'éducation, nous allons inclure le billard dans le programme scolaire en tant que cours optionnel. Autrement dit, toute école qui souhaite proposer le billard à ses élèves en option placera des tables de billard dans ses locaux.   

 

Il y a environ 50 000 écoles en Turquie. Au départ, même si un pour cent d'entre elles installent des billards dans leurs écoles, nous aurons des dizaines de milliers de jeunes qui s'initieront au billard et pratiqueront ce sport. Ces jeunes se rendront dans nos salles de billard dans les années suivantes et participeront à nos tournois. En tant que communauté de billard, nous allons nous développer et nous étendre de toutes les manières possibles. 

 

Notez que les tournois, qui ont atteint un record d'environ 1500 participants récemment, n'ont accueilli que 60 à 70 jeunes joueurs dans un passé récent. Dans une dizaine d'années, l'importance de ce projet sera mieux comprise.

 

 

Kozoom/EÇ : Pouvez-vous nous parler du nouveau tissu que la fédération s’apprête à lancer ?

 

Ersan Ercan : L'année dernière, nous avons produit un tissu local sous la marque ProMatch. Après environ 8 mois d'efforts de recherche et de développement, nous sommes maintenant prêts à lancer une nouvelle version.  Elle sera commercialisée sous la marque ProMatch GO, contiendra 40% de laine et sera beaucoup plus économique.  Nous avons terminé nos tests et elle sera disponible à un prix très abordable vers la fin du mois de juillet. J'ajouterai ce qui suit. Je suis convaincu qu'il s'agit du tissu le plus performant au monde en termes de rapport performances/prix. Notamment, en raison du coronavirus, nos salles de billard, qui ont connu des difficultés financières, réduiront considérablement leurs coûts car elles pourront acheter 4 tissus de haute qualité au prix d'un tissu importé. Au fur et à mesure que notre produit sera utilisé, mes projets seront mieux appréciés.

 

 

Kozoom/EÇ : Les élections à la présidence de la fédération auront-elles lieu à la fin de l'année ?

 

Ersan Ercan : Je pense qu'elles sont reportées d'un an. La lettre officielle n'est pas encore établie mais on dit que ce sera l'année prochaine. La raison n'est pas le coronavirus. Il y a un article dans la loi qui stipule que les élections à la présidence de la Fédération ont lieu après les Jeux Olympiques. Comme les Jeux Olympiques sont annulés cet été, les élections seraient reportées à l'automne 2021. Mais comme je l'ai dit, il n'y a pas de lettre officielle.

 

 

Kozoom/EÇ : Que pensez-vous des élections ? Je suppose que vous serez à nouveau candidat, n'est-ce pas ?

 

Ersan Ercan : Je dis sincèrement que les élections ne sont pas un sujet à mon ordre du jour. Je prépare actuellement des plans et des projets pour les cinq prochaines années. Je me fiche de savoir si elle aura lieu cette année ou l'année prochaine. Je ne pense pas non plus qu'elle occupe la communauté du billard.

 

 

Kozoom/EÇ : Quelles ont été les choses les plus difficiles pendant votre présidence, et qu'est-ce qui vous a contrarié ?  

 

Ersan Ercan : Il y a un préjugé hérité des administrations passées de la fédération. Certaines personnes voient la fédération et son administration comme des adversaires qui a conquis le pouvoir contre elles. Ils voient l'administration comme une entité qui leur dicte constamment des choses et les punit à chaque fois qu'elle en a l'occasion. Pire encore, ils nous dépeignent comme des gens qui exploitent les athlètes pour réaliser des gains financiers personnels. 

 

Bien que j'aie largement démoli ce point de vue au cours de mes six années de mandat, vous devriez vous demander tout ce que j'ai dû endurer pour y parvenir. Oubliez les gains financiers, je suis la personne à qui la fédération doit le plus. Vous pourriez être choqué si je vous révélais ce montant. Montrez-moi un autre président de fédération qui soit aussi proche que moi des athlètes et qui s'occupe de leurs problèmes.  Vous ne m’apercevrez jamais en tournoi dans la tribune d’honneur sauf le dernier jour. Je regarde toujours les matchs avec mes athlètes du fond de la tribune et je fais l’analyse critique des différents jeux. De plus, me joindre est la chose la plus facile au monde. Mon téléphone est allumé 24 heures sur 24. Je réponds à tout le monde, peu importe qui appelle et je fais le suivi jusqu'à ce que le problème soit réglé. 

 

Comme je l'ai dit, il y avait un préjugé dans notre communauté de billard, hérité de l'administration précédente. Bien que ce préjugé se soit estompé au fil du temps, je ne vais pas mentir, j'ai été blessé et offensé à de nombreuses reprises. Eh bien, peut-être que 6 ans ont dû s'écouler pour que cela progresse.


                             

 

                                                      Complexe sportif dédié au billard


 

Kozoom/EÇ : Qu'est-ce qui vous a rendu le plus heureux et le plus fier pendant votre présidence ?

 

Ersan Ercan : L'intérêt et la sympathie de la communauté du billard ! J'ai 48 ans. J'ai assez d'expérience pour distinguer les affections sincères des fausses affections jusqu'à maintenant. Si vous êtes le président, ils vous respecteront déjà. Mais gagner l'amour sincère des gens est totalement différent. J'en fais l'expérience au plus haut niveau et j'en suis très heureux. C'est aussi la plus grande source de motivation pour moi. Si je sens que je commence à la perdre, je me retirerai sans hésiter.

 

 

Kozoom/EÇ : Nous savons que votre voyage à la présidence de la fédération de billard n'a pas été de tout repos. C'était plutôt une sorte de révolution qui a demandé des efforts considérables. Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées au cours de ce processus ? Comment les avez-vous gérées ?

 

Ersan Ercan : Je ne suis pas devenu président lors d'une élection générale. J'ai pris mes fonctions dans des circonstances extraordinaires en recueillant les signatures des membres et en forçant l'Assemblée générale à procéder à une élection anticipée. Comme vous connaissez très bien la situation à l'époque, je pense que je n'ai pas besoin de l'expliquer à plusieurs reprises. Nous sommes arrivés au bureau au bon moment, avec le bon groupe de membres dans l'équipe et la générosité des délégués. 

 

Lorsque nous avons commencé le travail, il n'y avait pas d'argent dans le coffre-fort, l'association n'avait pas de revenus, la réputation de la fédération était au plus bas et de nombreux athlètes ont été offensés et ont quitté le sport. Malgré de nombreux obstacles et impossibilités, nous avons fait de nombreuses innovations qui ont percé et qui ont servi d'exemple au monde entier. Il est évident que l'environnement du billard turc a beaucoup évolué au cours des 6 dernières années. 

 

Mais maintenant, ce discours est terminé.  Six longues années ont passé et nous ne sommes plus une nouvelle administration. Nous avons été suffisamment félicités et nous sommes fiers de ce parcours. Il est maintenant temps de dire de nouvelles choses et en effet, nous avons plus à dire. En particulier, le complexe sportif et ce projet de matière optionnelle du billard dans les écoles. Ce sont les deux projets les plus importants dans l'histoire de la fédération, vieille de 27 ans. Lorsque nous les aurons réalisés, l'histoire sera écrite, une période complètement différente s’ouvrira dans le domaine du billard et nous serons un pays exemplaire dans le monde.

 

 

Kozoom/EÇ : Vous souvenez-vous de votre première élection il y a 6 ans ? Comment comparez-vous Ersan Ercan à l'époque avec celui d'aujourd'hui ? 

 

Ersan Ercan : Comment pourrais-je ne pas m'en souvenir ? Bien sûr, j'ai l'impression que cela s'est passé hier. A l'époque, je disais à mes amis ce qui suit : "Je ne me présente pas pour être président de la Fédération mais pour gérer le billard." Je ressens la même chose aujourd'hui. Bien sûr, avec une énorme différence d'expérience.

 

La présidence n'est qu'un titre pour me rendre service. Je l'ai aujourd’hui mais je ne l'aurai pas demain. Cependant, après mon départ, si je peux regarder le match avec le même amour et la même affection de la part des fans et ressentir le même respect, cela signifiera que j'ai laissé une image agréable et que j'ai bien fait mon devoir. C'est mon critère de réussite. 

 

Mon discours électoral d'il y a six ans est toujours dans mes archives. Je l’avais annoncé pour la première fois d’ici dès que j’ai su le contenu de mon projet. Je partagerai ce texte avec vous lors de la prochaine élection ou juste avant celle-ci. Je l'ai relu récemment. Considérant que mon projet pour le billard et pour l'école sera réalisé, j’aurais alors entrepris tout ce que j'avais promis.

 

 

Kozoom/EÇ : En plus de tout cela, vous êtes membre du comité de l'UMB et directeur sportif. La présidence de l'UMB est-elle un objectif pour vous ?

 

Ersan Ercan : Je ne pensais même pas entrer dans l'administration de l'UMB. Je suis arrivé à ce poste suite à la proposition de Mr Farouk Barki et  à son désir de m’intégrer dans son équipe. Je dis cela avec toute ma sincérité et en tant que l'une des personnes les plus proches de Mr Barki. Il est une grande chance pour le billard mondial et il doit continuer à être président pour au moins un autre mandat. S'il décidait de se retirer et  s’il m'encourageait à me présenter à la présidence, je lui dirais exactement ce que je vous ai dit. Il est évident que le billard mondial a beaucoup progressé sous sa direction.

 

 

Kozoom/EÇ : Pharmacie, commerce de cosmétiques, présidence de la fédération et comité de l'UMB. Malgré votre emploi du temps chargé, comment pouvez-vous réaliser tout cela simultanément ? Comment gérez-vous votre temps ? 

 

Ersan Ercan : Oui, il est vrai que je suis très occupé. Parfois, 24 heures ne suffisent pas pour travailler pour ma propre profession, mon entreprise et la fédération. Mais, je ne me suis pas porté volontaire pour ces tâches pour m'en plaindre. C'est la nature de cette activité. On dit aussi que si une personne fait un travail qu'elle aime, elle ne se fatiguera jamais. Toute la fatigue a disparu, surtout quand de belles choses émergent. Cela me motive aussi. 

 

Je suis une personne qui n'aime pas rester inactive de toute façon. Je veux constamment m'occuper de quelque chose, développer de nouveaux projets et faire des innovations. Si un jour est le même que l'autre, je me sens mal à l’aise.

 

                             

 

                                                  Bureau professionnel de Ersan Ercan


 

Kozoom/EÇ : Mr le Président, c'était une excellente interview. Je vous remercie pour vos réponses sincères. Enfin, avez-vous quelque chose à dire à la communauté du billard ?


Ersan Ercan : En raison de la pandémie, nous sommes restés longtemps séparés du billard et des tournois. Pendant ce temps, nous nous sommes manqués les uns les autres et le billard nous a manqué ainsi que l'excitation de la compétition. Mais, bien sûr, la santé passe avant tout.


J'ai hâte de rencontrer la communauté du billard avec le même niveau d'enthousiasme, d'excitation et de nombreuses innovations dès que possible. Restez en bonne santé et restez en contact avec le billard.

 

 

(Traduction de l'interview réalisée par Emel Coklu, rédactrice de la version turque de Kozoom)

Retour à la liste de news

Mes commentaires

Publiez le premier commentaire

Publiez un nouveau commentaire

Identifiez-vous ou inscrivez vous pour laisser un message

Forgot your password?

Vous n'avez pas encore de compte ?

Inscrivez-vous maintenant gratuitement pour publier un commentaire, ajouter votre photo, participer aux forums et recevoir notre newsletter.

Obtenez votre Pass Premium pour un accès total aux rubriques Live, vidéos et technique.

Rejoindre Kozoom