News Billard Français

 

Billard Français - Générale - Colonnes de Bert

Plus fort que Leicester City. Voici Ludo Kools.

Publié par le 2 mai 2021

Plus fort que Leicester City. Voici Ludo Kools.

© Bert van Manen

Si vous n'êtes pas originaire des Pays-Bas ou de Belgique, vous n'aviez probablement jamais entendu parler de Ludo Kools il y a une semaine. Sa vie a changé à jamais le 29 avril lorsqu'il a remporté le championnat national néerlandais au 3 Bandes plus connu sous le nom de Masters. Les icônes du jeu que sont Burgman, Jaspers et van Erp terminent 2e, 3e et 3e. Oui, le format était légèrement en faveur du joueur le plus faible (sets à 10, horloge de 30 secondes, pas de time-out). Oui, ses adversaires n'ont pas donné le meilleur d'eux-mêmes. Mais cela n'enlève rien au fait que Kools a fait preuve d'une incroyable force mentale, d'ingéniosité et de courage dans ses matchs à élimination directe, qu'il a géré la pression du chronomètre au moins aussi bien que les "professionnels" et qu'il a fait preuve d'une connaissance du jeu bien supérieure à celle qu'on lui prêtait. Son point fort ? Faire valoir ses arguments, même dans des positions délicates. A améliorer ? Le jeu de position.   

 

Personne ne devrait interpréter l'étonnement des experts et des autres joueurs sur le terrain comme un "manque de respect" pour le futur vainqueur. Bien au contraire. L'accent mis sur ses chances ultra-faibles de gagner est en fait un éloge, et doit être interprété comme tel.

 

Quelles étaient ses chances de gagner ? C'est une question difficile. Si seulement il existait une petite machine capable de calculer les chances qu'a un joueur A avec une force de jeu X contre un joueur B avec une force de jeu Y sur une distance D ? Eh bien, il y en a une. J'ai un petit logiciel sur mon PC qui répond exactement à ces questions.  

 

En phase de groupe, cependant, il n'existe pas de réponse infaillible, générée par un logiciel, à la question des chances d'un joueur de passer au tour suivant car vous dépendez du résultat de matches auxquels vous ne participez pas. Vous pouvez vous qualifier avec une victoire et deux défaites dans un résultat final de groupe 6-2-2-2 (points de match), ou NE PAS vous qualifier avec deux victoires et une défaite dans un résultat de groupe 4-4-4-0. Un de mes amis, expert en statistiques et en probabilités, s'est penché sur la question et a déclaré qu'étant donné la moyenne réaliste de Kools et celle des trois autres joueurs de son groupe, ses chances de se qualifier étaient de 2 % au mieux. Une chance sur cinquante. Il faut tenir compte du fait qu'il faut bien plus souvent DEUX victoires qu'une seule, pour se qualifier. Cela n'a pas été un problème pour le "Beul de Berlicum" : il a battu les deux plus forts adversaires qu'il avait dans son groupe.

 

Pour Kools, j'ai utilisé sa moyenne sur la dernière saison en championnat néerlandais comme base. Il a joué un excellent Grand Prix à Rosmalen (qui l'a propulsé dans les Masters), mais d'après mon expérience, les moyennes de ligue qui sont établies sur de nombreux mois et sur de nombreuses tables différentes sont un reflet plus honnête de la force de jeu que n'importe quel tournoi d'un week-end.

 

Au cours de la saison 2019/2020, Ludo a fait 439 en 507, pour une moyenne de 0,865. Je dois ajouter que l'expérience d'apprentissage sous haute pression qu'il a vécue la semaine dernière est presque garantie de faire grimper son niveau bien au-delà de 0,900, voire proche de 1,000. Il a terminé le Masters sur 204 en 200, c'est donc une indication.

 

Pour les besoins de cet exercice, j'ai placé Kay de Zwart à 1.100 et Dave Christiani et Barry van Beers à 1.400 ou plus. Barry a eu une année médiocre, Dave une année brillante, mais je pense que 1.400 reflète assez bien leur avantage sur Ludo Kools. Si quelqu'un pense que l'extraordinaire 1.800 de Christiani en championnat néerlandais est le chiffre que j'aurais dû utiliser, je le respecte. Mais cela ne ferait que produire des cotes encore plus basses pour Kools, en fin de compte.  

 

Et puis il y a eu la phase à élimination directe. La "distance" de ces matchs était, ne vous y trompez pas, de 10 points. Les sets ne sont qu'une série de petits matchs, non ? Contre van Beers, Kools avait 22,90 % de chances de gagner une manche de 10 points et 8,26 % de chances de gagner trois sets. Contre van Erp (1.500), Kools avait 19,99 % de chances de gagner un set, et 5,78 % de chances de gagner trois sets. Contre Burgman, Kools avait 24.54 % de chances de gagner un set et 9.87 % de chances d'obtenir trois sets au tableau (J'ai mis Burgman à 1,350, sachant très bien qu'il était auparavant à 1,500. Raimond est toujours un formidable tacticien mais sa moyenne est en baisse).

 

Que signifient ces chiffres, si on les combine ? Ils donnent à Kools 8,26% x 5,78% x 9,87% ou 0,047%, soit un peu moins de 1/20ème de 1% (pour ceux d'entre vous qui ont du mal avec les décimales) ou 1 chance sur environ 2120 de remporter le titre, une fois le KO direct en cours. Et si vous ajoutez à cela sa chance d'atteindre le KO en premier lieu ? Cela donnerait 1 chance sur 2120 x 50 = 1 chance sur 106 000. 

 

Dans mon commentaire télévisé, j'ai fait référence au championnat de Premier League de Leicester City il y a quelques années. Les bookmakers vous auraient payé 5000 livres sterling pour chaque livre que vous aviez parié sur eux, au début de la saison. Ainsi, notre miracle du billard, le conte de fées de Kools, est environ vingt fois plus incroyable que celui de Leicester. Nous pourrions discuter de la troisième ou même de la deuxième décimale des moyennes de départ de ces joueurs, et je suis certain que certaines personnes penseront qu'ils auraient pu ou dû être choisis un peu différemment. Mais cela ne changera pas l'essence de la cote. Elles étaient presque astronomiques, du jamais vu dans notre sport.

 

Puis-je fournir une explication complète et solide du miracle de Berlicum ? Non.

 

Puis-je au moins essayer de mentionner un aspect qui, à mon avis, a contribué aux victoires sensationnelles de Kools lors des deux derniers jours ? Oui.

 

Tous ces joueurs expérimentés et de grande qualité qu'il a battus ont perdu pied. Ils étaient désorientés. Le format leur a enlevé une partie de leur processus de réflexion normal. Ils se sentaient sous une pression énorme parce qu'ils étaient de grands favoris. Ces deux facteurs combinés ont perturbé leur jeu tactique habituel et fiable. Quand attaquer, quand jouer en défense ? Ce n'est pas la même chose que de "sous-estimer l'adversaire". Je suis sûr qu'ils ne l'ont pas fait. Mais quand il s'agissait de faire des choix dans des moments critiques, ils ont fait le mauvais choix à plusieurs reprises. Kools avait un avantage psychologique MAJEUR. Il n'avait rien à perdre.

 

Voici quelques "miracles" semblables de billard :

 

5) Riujji Umeda remporte le titre mondial en 2007 avec un plateau de joueurs comprenant entre autres Blomdahl, Merckx, Caudron, Sánchez, Zanetti et Jaspers. 

 

4) Avelino Rico a remporté le titre mondial en 1986 en battant Ceulemans en demi-finale avec une série arrêtée de 15 points et en battant Blomdahl en finale.

 

3) Caudron égalise le record du monde de la série avec 28 dans un match en 40 contre Zanetti, et ne gagne PAS le match.

 

2) Caudron mené 7/44 dans un match en 50 contre Jaspers, et Caudron vainqueur 50/47.

 

1) Ludo Kools. De loin. 

 

 

(Traduction de l’article en langue anglaise de Bert van Manen)

Retour à la liste de news

Mes commentaires

Longecourt
Longecourt
Tout est relatif ...
Pour mieux faire et relativiser les choses, il faudrait calculer cette probabilité de gagner cette compétition également pour les autres joueurs et comparer le résultat avec celui de Kools.

Par exemple, un joueur qui aurait 50% de chances de gagner chacun de ses matchs n'aura qu'une chance sur 32 soit 3,1 % d'en gagner 5 de suite.

Message 1/5 - Publié à 2 mai 2021 16:36

Stephan
Stephan
merci
bravo Bert pour ce brillant article

Message 2/5 - Publié à 3 mai 2021 18:35

Giono
Giono
Martin Spoormans bat Caudron
Quelqu'un saura (ait) (lol) faire un calcul quand Bury perd contre Martin Spoormans, Caudron perd contre Martin Spoormans, et Pourquoi Martin Spoormans bat Ceulemans, Bitalis aux tournois des papys perd contre Raymond Ceulemans

Je demande à Nico et David qui ont l'air d'être des grands camarades à RB

Message 3/5 - Publié à 4 mai 2021 09:07

Longecourt
Longecourt
T'es trop Gino !
La masturbation cervicale est une compétence particulière que peu de gens partagent !

Publié à 4 mai 2021 11:35

Giono
Giono
longecourt
Je vous propose d'aller voir le mot cervical, et omettez les points d'exclamations tout les autres savent lire,

de toute évidence vous attirez la réflexion, c'est une probabilité mathématique que vous reflétez et soyez sympa, au moins RB dit qui il est,

Utilisez un vrai nom et vrai prénom ne vous pas cachez pas derrière vous, une vraie photo, j'apprécie la franchise

Message 4/5 - Publié à 4 mai 2021 12:50

Longecourt
Longecourt
Subtilités de langage
Bon OK, allons-y pour l'onanisme cérébral si vous préférez mais ça reste d'un domaine très spécialisé dans lequel vous semblez évoluer avec aisance !

Publié à 4 mai 2021 14:10

Giono
Giono
longecourt
tu es toubib? j'espère que tu es à la retraite, sans exercer pitié,

il vaut mieux demander à dieu qu'à ses apôtres parole de saint Richard Bitalis

en plus "semblez" : c'est insinuer, je répéte d'abord enlever les points d'exclamations au bout de jolis mots ça façonne vôtre anonymat

Combien ils étaient à prier sur leur chaise quand Kools finissait le set de la délivrance, belle victoire à lui pour l'éternité

Message 5/5 - Publié à 4 mai 2021 15:49

Publiez un nouveau commentaire

Identifiez-vous ou inscrivez vous pour laisser un message

Forgot your password?

Vous n'avez pas encore de compte ?

Inscrivez-vous maintenant gratuitement pour publier un commentaire, ajouter votre photo, participer aux forums et recevoir notre newsletter.

Obtenez votre Pass Premium pour un accès total aux rubriques Live, vidéos et technique.

Rejoindre Kozoom